Qu’entend-on par histoire transnationale des concepts et pourquoi en faire ?

Atlas portant le globe, Gare de Hambourg (Allemagne). Photo : Corentin Marion.

L’encyclopédie des Geschichtliche Grundbegriffe (Concepts historiques fondamentaux) dirigée entre 1972 et 1997 par Reinhart Koselleck, Otto Brunner et Werner Conze est sans aucun doute un grand classiquede l’histoire des concepts traditionnelle.1 Le sous-titre alors retenu par le groupe de travail sur l’histoire sociale moderne et contemporaine (Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte), auquel les trois éditeurs appartenaient, est Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland (Encyclopédie de la langue sociale et politique en Allemagne). Les entrées se limitent à l’espace germanophone, tout en prenant en compte l’influence des langues romanes sur l’allemand. Il en va de même pour le Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820 (Manuel des concepts fondamentaux politiques et sociaux en France 1680-1820), qui – comme le titre le laisse penser – se concentre sur le français.2

Peut-on dès lors pratiquer une histoire des concepts par-delà les frontières linguistiques, c’est-à-dire suivre une approche qui s’intéresse à la sémantique et à la langue elle-même comme indicateur et facteur de la réalité historique ? On retrouve des premières tentatives dans les années 1990, au moment où l’historiographie se penche sur les transferts culturels et où l’histoire devient de plus en plus globale et transnationale. Les travaux de Hans-Jürgen Lüsebrink et de Rolf Reichardt y jouent un rôle non négligeable, en essayant d’associer l’histoire des concepts à l’approche des transferts prônée par Michel Espagne et Michael Werner.3

Dans cet article, je vais revenir dans un premier temps sur les évolutions de l’histoire des concepts au contact des transferts culturels, de l’histoire croisée et de l’histoire transnationale. Dans un second temps je reviendrai sur les spécificités théoriques posées par l’histoire transnationale des concepts. Enfin, je donnerai à voir, de manière concrète et à partir d’un exemple tiré de mes propres recherches, des perspectives et résultats potentiels offerts par cette approche.

Des transferts à l’histoire transnationale

La paternité du concept de transferts culturels revient aux germanistes et historiens Michel Espagne et Michael Werner au milieu des années 1980.4 Il s’agit pour eux d’aller au-delà des simples « échanges culturels » et d’analyser le passage d’un objet culturel d’un contexte vers un autre, c’est-à-dire son déplacement ainsi que la modification de sens qui en découle et les dynamiques de sa « resémantisation ».5 Malgré des points de convergence avec la perspective comparatiste, l’approche des transferts entend se distancier de cette dernière en mettant davantage l’accent sur les mélanges, les métissages et l’hybridité de ses objets. Elle ne prône ainsi ni l’opposition d’entités afin d’observer les ressemblances et dissemblances, ni n’utilise-t-elle la catégorie anhistorique de « l’influence ». Sont ainsi ramenés au cœur de l’analyse les agents de ces transferts, c’est-à-dire les groupes sociaux et acteurs qui traversent les espaces nationaux et linguistiques, à l’instar des traductrices et traducteurs, des enseignant.e.s de langue, des exilé.e.s, des migrant.e.s ainsi que des mercenaires. « Les aires culturelles, dont la recherche sur les transferts culturels révèle les imbrications, sont donc des configurations provisoires, mais nécessaires à la compréhension des phénomènes de circulation culturelle », écrit Michel Espagne de manière rétrospective en 2013.6 Les prémices historiographiques (et politiques) à l’origine de la recherche sur les transferts ainsi que les approches globales et transnationales sont en cela similaires, que toutes trois entendent se départir de l’histoire nationale. La remise en question des notions de centre et de périphérie en est une autre caractéristique commune, même si Michel Espagne reproche à son tour à l’histoire globale d’être structurée autour d’un centre « anglo-saxon » (sic).7

Les premières limites des transferts culturels sont rapidement soulignées.8 Tout d’abord, même si ses tenants nient l’idée d’ensembles nationaux, identitaires ou bien culturels fixes, leur approche repose sur la présence d’au moins deux « cultures » (même en tant que construction purement « provisoire »), qui ne sont certes pas fermées et qui communiquent entre elles, mais qui doivent être pensées comme séparées. Paradoxalement, l’histoire des transferts culturels consolide le cadre national, en cela qu’elle ne se défait pas de ce dernier comme unité d’analyse, malgré sa volonté de le relativiser. Elle a d’ailleurs besoin de l’unité nationale pour décrire les processus dont elle fait son objet.9 Ensuite, cette approche est confrontée au risque de tomber dans un flou interculturel, où tout ne fait que circuler et où les étapes de la circulation disparaissent, ce qui pose, enfin, la question de l’échelle d’analyse pertinente.10

Conscients d’un certain nombre de critiques, Michael Werner et Bénédicte Zimmermann proposent d’aller plus loin, notamment dans la remise en question du cadre national, avec le concept d’histoire croisée au début des années 2000.11 Ce concept partage un certain nombre d’idées avec la notion de transfert culturel, mais permet d’élargir le regard en s’intéressant aux interdépendances, c’est-à-dire aux croisements des objets, des actrices et acteurs, des processus et de leurs effets. L’histoire croisée appelle aussi à une réflexivité quant aux échelles et catégories, au rapport entre synchronie et diachronie, ainsi qu’à la relation entre les chercheuses et chercheurs et leurs objets d’étude. Plus qu’un programme précis de recherche, elle propose une « boîte à outils » afin de dépasser les « limites et raisonnements circulaires d’une histoire sociale encore trop nationale », c’est-à-dire de se distancier de la fixation nationale encore très marquée de l’approche des transferts culturels.12

Avec l’histoire croisée, un grand pas est alors franchi vers la transnationalisation du regard dans la recherche. Elle voit en effet la « transnationalité » comme une problématique à part entière et comme champ de recherche s’intéressant aux relations entre les différents niveaux d’analyse. D’après Werner et Zimmermann, l’histoire croisée, à la différence de l’histoire des transferts culturels, ne conçoit pas le transnational comme simple niveau supplémentaire d’analyse alors que l’échelle nationale aurait seule une fonction constitutive.

Une critique supplémentaire de l’analyse des transferts concerne le regard unidimensionnel qu’elle porte sur les objets dans leur passage d’un contexte vers un autre. Dans le cadre de leurs travaux sur le concept de nation en France et en Allemagne autour de 1800, Lüsebrink et Reichhardt s’intéressent par exemple aux différentes charges sémantiques dans les deux pays et à l’adaptation de la sémantique française de la nation au contexte allemand. À l’est du Rhin, les hommes de lettres autour de 1800 souhaitent reprendre l’efficacité du vocabulaire national, tout en supprimant l’universalisme présent dans les termes français, afin de leur donner une couleur plus « allemande » – dans une forme de rejet du classicisme français et de son cosmopolitisme.13 Ils entendent, de plus, diminuer la connotation démocratique de la « nation » à la française. Une telle approche perd toutefois de vue le contexte français et accentue en plus les différences entre un concept français et un concept allemand de la nation. Un atout majeur de l’histoire transnationale, à la suite de l’histoire croisée et contrairement à celle des transferts culturels, est ainsi l’inclusion au sein de l’analyse des effets retours.

« Transnationaliser » l’histoire des concepts

L’histoire classique des concepts se concentre dans son analyse sur des espaces linguistiques précis. La combiner avec l’étude des transferts culturels permet ainsi de mieux éclairer l’hybridité de la langue et les circulations conceptuelles. Néanmoins cette combinaison apporte une vision unidimensionnelle de ces circulations, laissant de côté les effets retour des transferts. Or, l’histoire transnationale s’intéresse justement à ce type d’effets. Tout comme l’histoire des transferts ou l’histoire globale, l’histoire transnationale cherche dans son analyse à s’extirper du cadre de l’État-nation. Parfois appelée « cross-border » dans ses débuts, elle s’intéresse aux échanges, interactions, réseaux et contacts par-delà, ou entre, voire à travers les frontières nationales (et culturelles). Dans la mesure où chaque individu est à la fois global et local et qu’il est confronté à de multiples identités, l’histoire transnationale saute du contexte local au global en passant par le national, afin de situer son analyse à l’échelle pertinente. Certaines questions sont ainsi le plus à même d’être traitées en se penchant sur le contexte global, d’autres en s’intéressant davantage au contexte local ou national.14 C’est d’abord l’articulation des différentes échelles entre elles qui permet de comprendre certains phénomènes historiques. Grâce à l’abandon – certes aujourd’hui encore incomplet – du « nationalisme méthodologique », la recherche sur les États-nations, le nationalisme, la construction nationale, et d’autres phénomènes de cet ordre, peut produire de nouveaux résultats. Comme le souligne à juste titre l’historien américain Stephen W. Sawyer : « […] il n’est ni scientifiquement justifié, ni conseillé d’opposer le national à l’impérial ou au global, tout d’abord parce qu’il est difficile de prouver qu’une telle dichotomie n’existât jamais en dehors du seul discours et, en outre, parce que la pertinence d’une échelle donnée dépend largement de la question spécifique qui est posée. »15

C’est ce postulat que partage une histoire transnationale des concepts, car ce n’est pas nécessairement au sein de frontières linguistiques données, ou à l’inverse lors de sa circulation, qu’un concept est le plus à même d’être analysé. La question qui est la mienne dans mon projet de thèse est celle de la construction transnationale du concept de nation dans le contexte franco-allemand. Je m’intéresse ainsi en premier lieu aux facteurs qui influencent ce processus, et à la manière dont ce dernier influence à son tour des actrices ou acteurs et d’autres concepts. Il n’est ainsi pas au cœur du propos de souligner qu’il y ait effectivement des circulations conceptuelles, mais il s’agit plutôt de savoir quand, comment, pourquoi, de qui et dans quels domaines celles-ci ont lieu au cours de la période concernée (entre 1848 et 1871). Procéder ainsi me permet également de garder un œil attentif à ce qui ne circule pas, au spécifique, à l’unique. Il s’agit en outre d’analyser comment le transnational, le global ainsi que ce qui circule influencent le local, le national et le régional. Comment les phénomènes globaux sont-ils traduits au niveau local ou national et comment sont-ils adaptés dans le répertoire ou l’arsenal (Haushalt) sémantique, politique, social – pour utiliser l’une des métaphores préférées de Reinhart Koselleck – ou comment le remplacent-ils ?16 À l’inverse, le global fait peu de sens sans le local ou le national, ou bien il s’embourbe dans une abstraction décousue sans lien avec la réalité vécue par les contemporain.e.s.17 Ce projet ne saurait être mené à bien à partir des sources habituelles de l’histoire traditionnelle des concepts. En effet, cette dernière est née d’une approche d’histoire des institutions et utilise de ce fait un certain nombre de sources normatives, comme des encyclopédies, des dictionnaires et d’autres usuels. Il est ainsi extrêmement difficile à partir de telles sources d’observer des circulations ou transferts, dans la mesure où les concepts y apparaissent sous une forme « stabilisée ».

Deux types de sources se prêtent en particulier à une analyse plus proche de la réalité sémantique : les débats parlementaires et les publications (articles de journaux ou de revues, ouvrages et lettres ouvertes d’intellectuels). Les débats parlementaires, qui forment le corpus de mon projet de thèse, sont un objet d’étude intéressant pour plusieurs raisons : tout d’abord les parlements sont des lieux importants de débat, au sein desquels les différentes visions du monde et différentes décisions politiques se rencontrent.18 De plus, à l’inverse des dictionnaires et encyclopédies il s’agit d’une source non-normative, qui est ainsi plus proche de la réalité linguistique et sémantique tout en pouvant être appréhendée de manière systématique. Les débats parlementaires sont en outre relayés et analysés y compris à l’extérieur des parlements. Ainsi même les critiques les plus farouches du parlement de Francfort de 1848/49 prennent position sur le travail de cette assemblée, réfléchissent sur le contenu de ses débats et propagent de cette manière ses idées. Les débats parlementaires et les publications se complètent dans la mesure où elles permettent de conclure sur la présence de concepts importants ou de motifs sémantiques dans l’espace public. Enfin, d’un point de vue d’histoire sociale, l’attention peut se porter sur des personnalités, qui s’intéressent à l’autre nation au sein de parlements ou de réseaux de publications. Ainsi, il est possible de reconstruire le parcours individuel de ces personnes, leurs appartenances culturelles, leur couleur politique, leur origine, leur profession et leurs convictions. Mon but est de proposer des portraits de groupe dynamiques pour comprendre qui parle, depuis où et avec quel but, afin de situer socialement les références et concepts à une époque de grande ouverture des possibilités. Une telle analyse au ras des actrices et acteurs a ainsi pour finalité de relier des déplacements ou évolutions sémantiques avec des positions sociales, des stratégies, des moyens et des contenus idéologiques pour ne pas écrire une histoire décousue des circulations conceptuelles mais plutôt pour s’intéresser aux porteuses et porteurs de celles-ci ainsi qu’à leurs réseaux. 

La naissance de l’antagonisme? La Guerre franco-allemande 1870/71

Dans le cadre de plusieurs articles je me suis intéressé aux échanges publics entre des intellectuels français et allemands autour de 1870/71.19 Ces derniers commentent alors les événements avant, pendant et après la guerre, en premier lieu les demandes puis plus tard l’annexion réelle de l’Alsace et de la Lorraine par l’Empire allemand. Ils écrivent ainsi des lettres ouvertes, des pamphlets ou articles de revues, afin de prendre la défense de leur nation respective. La France est en quête de raisons et d’un sens pour sa défaite ainsi que de moyens rhétoriques mais aussi politiques pour contre-carrer les revendications allemandes. Les intellectuels d’outre-Rhin quant à eux, doivent justifier ces revendications et s’adressent bien souvent à une opinion publique internationale, qui prend fait et cause pour la jeune IIIe République, vue comme agressée et non en tant qu’agresseur dès après Sedan.20

Les intellectuels français et allemands forment ainsi une sorte de « réseau de publication » transnational, qui commence à l’été 1870 et se termine en 1871. Y participent des auteurs tels que Theodor Mommsen, Fustel de Coulanges, Ernest Renan, David Friedrich Strauß, Alfred Michiels, Heinrich von Sybel, Joseph Derenbourg et Abraham Geiger. Il est alors du ressort des intellectuels allemands de justifier ex post l’annexion. Pour ce faire, ils s’appuient sur une large palette d’arguments, allant de l’affirmation d’une appartenance historique et « raciale » de l’Alsace et de la Lorraine à l’Allemagne et de sa « germanité » refoulée, jusqu’à l’idée de frontières naturelles le long des Vosges, en passant par la dénonciation de l’attitude soi-disant négative de la France face à l’unification allemande. Poussés par l’annexion elle-même tout comme par les arguments des hommes de lettres allemands, les intellectuels français prennent une position inverse, qui consiste à souligner la volonté actuelle d’appartenance de la population comme critère fondamental de la nation. Les auteurs français voient ainsi comme une confirmation de la justesse de leur rhétorique le fait que l’Allemagne ne mette pas en place de plébiscite pour vérifier l’adhésion de la population locale à l’annexion, tandis que Napoléon III l’avait fait pour la réunion de la Savoie et de Nice à la France en 1860.

Mommsen critique alors « l’intolérance tyrannique des Français face à ceux qui avaient l’insolence de ne pas connaître la langue de la civilisation par excellence, un crime, qui jadis était déjà désigné comme un crime de lèse-nation », tandis que Fustel de Coulanges lui répond : « vous invoquez le principe de nationalité, mais vous le comprenez autrement que toute l’Europe. Suivant vous, ce principe autoriserait un État puissant à s’emparer d’une province par la force, à la seule condition d’affirmer que cette province est occupée par la même race que cet État. Suivant l’Europe et le bon sens, il autorise simplement une province ou une population à ne pas obéir malgré elle à un maître étranger ».21 Lorsque Renan écrit à Strauss que l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine aurait de lourdes conséquences pour la France, le second lui répond : « je dois d’autant plus m’étonner d’un tel manque de confiance de votre part en la nationalité française, quand je considère que ce ne sont bien que des provinces principalement allemandes, dont la séparation vous menace. La France ne doit plus pouvoir exister si on lui prend ses provinces allemandes ; son corps ne doit plus se préserver si on lui coupe l’afflux de sang allemand : je n’aimerais pas avoir fait cet aveu si j’étais Français ».22 « Notre politique, c’est la politique du droit des nations ; la vôtre, c’est la politique des races : nous croyons que la nôtre vaut mieux » lui répond finalement Renan, cristallisant ainsi rhétoriquement l’antagonisme franco-allemand autour du concept de nation.23

Bien que les intellectuels français réagissent en partie avec des arguments historiques et de « race », la plupart d’entre eux concentrent leurs propos sur la volonté de la population, en l’absence d’une véritable consultation de celle-ci, alors que les Allemands affirment justement libérer la population germanique opprimée d’Alsace et de Lorraine. Les intellectuels français qui affirment leur opposition à une annexion de ces territoires par l’Allemagne se trouvent ainsi dans une situation complexe. Ils doivent en effet trouver de nouvelles définitions de la nation ainsi que de nouveaux prismes explicatifs afin d’une part de dépasser le surgissement de l’événement et d’autre part de récuser l’annexion sans pour autant donner des arguments à une révision de la réunion de la Savoie et de Nice à la France. De là vient l’emphase sur l’idée d’un plébiscite qui est organisé en 1860 mais n’a pas lieu en 1870/71. À l’inverse, les intellectuels allemands doivent trouver, après coup, des raisons à cette annexion de l’Alsace et de la Lorraine. Ils soulignent la germanité de ces territoires mais doivent en même temps rassurer l’opinion publique internationale quant à d’éventuelles revendications pour les mêmes motifs dans d’autres territoires. Ils insistent alors sur le rôle négatif joué par la France dans l’unification allemande ainsi que sur le droit obtenu par leur victoire sur la puissance qui a déclenché le présent conflit.

Cette opposition franco-allemande autour du concept de nation se cristallise comme le résultat d’une constellation émanant de la Guerre franco-allemande de 1870/71. Des intellectuels des deux côtés doivent adapter leur concept de nation à un cadre argumentatif donné ainsi qu’au contexte des événements en cours. Ils le font à l’occasion d’un dialogue transnational, entre imitation et rejet. Il n’y a pourtant rien de plus internationalement partagé que le projet national alors que tout nationalisme tend à affirmer sa spécificité et son unicité, il occulte ainsi son caractère transnational.24 Les nations font l’objet d’adaptations discursives et sémantiques par échange, appropriation, distanciation, imitation ou bien rejet mutuel entre les pays. C’est justement en cela que les nations sont elles-mêmes des constructions transnationales. De telles observations et analyses deviennent possibles seulement grâce à un regard transnational sur les concepts et leurs sémantiques, c’est-à-dire grâce à une histoire transnationale des concepts.

Veuillez commenter en allemand, en anglais, en français ou en italien dans l’encadré en bas de page de la version allemand.


Corentin Marion est doctorant à l’Université Paris Cité et l’Universität Bielefeld. Sa thèse porte sur l’histoire transnationale du concept de nation (France-Allemagne, 1848-1871). Il travaille sur l’histoire française et allemande du XIXe siècle et est actuellement chercheur à l’Institut historique allemand à Paris.

cmarion@dhi-paris.fr 

https://orcid.org/0000-0003-4579-7634

https://www.dhi-paris.fr/fr/institut/lequipe/equipe-scientifique/corentin-marion.html


Creative Commons License
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.

Cite this blog post
Corentin Marion (2023, November 7). Qu’entend-on par histoire transnationale des concepts et pourquoi en faire ? Geschichtstheorie am Werk. Retrieved June 17, 2024, from https://doi.org/10.58079/pczo

  1. Otto Bruner, Werner Conze et Reinhart Koselleck (dir.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, 8 vol., Stuttgart, Klett-Cotta, 1972-1997. []
  2. Rolf Reichardt e.a (dir.), Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820, 22 vol., Berlin/Boston, Oldenburg, 1985-2021. []
  3. Voir Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt, « Histoire des concepts et transferts culturels, 1770-1815. Note sur une recherche », Genèses 14, 1994, 27-41 ; Hans-Jürgen Lüsebrink, « Conceptual History and Conceptual Transfer. The Case of ‹ Nation › in Revolutionary France and Germany », in Iain Hampsher-Monk e.a (dir.), History of Concepts, Comparative Perspectives, Amsterdam, Amesterdam University Press, 1998, 115-128. []
  4. Michel Espagne et Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC 42/4, 1987, 969-992 ; Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1988. []
  5. Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres 1, 2013, DOI: https://doi.org/10.4000/rsl.219. []
  6. Ibid. []
  7. Ibid. []
  8. Cf. notamment Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales HSS 58/1, 2003, 7-36. []
  9. Cf. Michael Werner et Bénédicte Zimmermann, « Vergleich, Transfer, Verflechtung. Der Ansatz der Histoire croisée und die Herausforderung des Transnationalen », Geschichte und Gesellschaft 28/4, 2002, 607-636, ici 615. []
  10. Cf. Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 6/1, 2003, 149-162. []
  11. Werner et Zimmermann, « Vergleich, Transfer, Verflechtung » ; Werner et Zimmermann, « Penser l’histoire croisée ». []
  12. Werner et Zimmermann, « Vergleich, Transfer, Verflechtung », 608, traduction CM. []
  13. Cf. Lüsebrink, « Conceptual History », 115-128. []
  14. Cf. Akira Iriye, « Réflexions sur l’histoire globale et transnationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 121, 2013, 89-106. []
  15. Stephen W. Sawyer, « Ces nations façonnées par les empires et la globalisation. Réécrire le récit national du XIXe siècle aujourd’hui », Annales HSS 69/1, 2014, 117-137, ici 135. []
  16. Le terme de Haushalt (littéralement foyer, ménage) utilisé métaphoriquement par Koselleck est parfois aussi traduit par « entrepôt » ou « inventaire » ou même utilisé comme synonyme pour « arsenal ». Cependant une traduction plus libre empruntant le terme de « répertoire » à Charles Tilly et son « répertoire d’action collective » me semble également pertinente. Pour « Haushalt » cf. Willibald Steinmetz, « Reinhart Koselleck’s Metaphorical Language: an application of historical semantics to one of its founding figures », Geschichtstheorie am Werk, (24.01.2023), URL : https://gtw.hypotheses.org/11421 (11.07.2023). []
  17. Margrit Pernau, dans ses efforts pour esquisser une histoire globale des concepts, va dans une direction assez similaire, mais en mettant davantage l’accent sur les phénomènes de traduction. Cf. Margrit Pernau, « Whither Conceptual History? From National to Entangled Histories », Contributions to the History of Concepts 7/1, 2012, 1-11 ; Margrit Pernau et Dominic Sachsenmaier, « History of Concepts and Global History », in Margrit Pernau et Dominic Sachsenmaier (dir.), Global Conceptual History. A reader, Londres, Bloomsbury, 2016, 1-27. []
  18. Dans un sens similaire au mien, voir Pasi Ihalainen, « Parliaments as Meeting Places for Political Concepts », Centre for Intellectual History Blog (30.09.2021), URL: https://intellectualhistory.web.ox.ac.uk/article/parliaments-as-meeting-places-for-political-concepts#/ (06.07.2023) ; Pasi Ihalainen, Cornelia Ilie et Kari Palonen (dir.), Parliament and Parliamentarism. A Comparative History of a European Concept, New York, Berghahn, 2016. []
  19. Corentin Marion, « 1870 au prisme de la nation. Échanges conceptuels franco-allemands en temps de guerre », in Nicolas Bourguinat, Gilles Vogt et Alexandre Dupont (dir.), La guerre de 1870. Conflit européen, conflit global, Montrouge, Éditions du Bourg, 2020, 243-256 ; Corentin Marion, « Quelle(s) frontière(s) pour la nation ? Débats franco-allemands en 1870/71 », in Frédéric Dessberg et Ludovic Laloux (dir.), Frontières en Europe depuis le congrès de Vienne (1815). Enjeux diplomatiques, stratégiques, militaires et économiques, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2021, 115-127 ; Corentin Marion, « Krieg und Frieden. Auseinandersetzungen zwischen deutschen und französischen Akademiker », in Alma Hannig, Christian Meierhofer et Georg Mölich (dir.), 1870-71. Der Deutsch-Französische Krieg in transnationaler, regionaler und interdisziplinärer Perspektive, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2023, sous presse. []
  20. Pour Bismarck il s’agit avant tout de créer, grâce à l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine, un cordon sanitaire entre la France et les États allemands, afin d’empêcher une future invasion française de ces derniers. D’autres justifications ne sont à ses yeux que des « idées de professeurs » (Professorenideen). Cf. pour la citation Wolfgang Haubrichs, « Der Krieg der Professoren. Sprachhistorische und sprachpolitische Argumentation in der Auseinandersetzung im Elsaß-Lothringen zwischen 1870 und 1918 », in Roland Marti (dir.), Sprachenpolitik in Grenzregionen, Saarbrücken, Saarbrücker Dr. und Verl., 1996, 213-249, ici 215-216. []
  21. Theodor Mommsen, AgliItaliani, Florence, Stabilimento Civelli, 1870, 18, traduction CM ; Numa Denis Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française? Réponse à M. Mommsen, Paris, E. Dentu, 1870, 6. []
  22. David F. Strauß, Krieg und Friede. Zwei Briefe an Ernst Renan nebst dessen Antwort auf den ersten, Leipzig, Hirzel, 1870, 54-55, traduction CM. []
  23. Ernest Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris, Lévy, 1871, 199. []
  24. Cf. Anne-Marie Thiesse, « Nations, internationalismes et mondialisation », Romantisme 163/1, 2014, 15-27. []

Corentin Marion

Wissenschaftlicher Mitarbeiter in der Abteilung Neuere und Neueste Geschichte am DHI Paris. Doktorand in Cotutelle zwischen der Universität Paris Cité und Bielefeld. Ich arbeite zur transnationale Begriffsgeschichte von "Nation" zwischen 1848 und 1871 in Frankreich und Deutschland. Meine Schwerpunkte liegen in der europäischen Geschichte des 19. Jh. vor allem Frankreichs und Deutschlands.

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search